Santarcangelo

Santarcangelo

L’HISTORIE

Cesare Clementini, historien de Rimini du XVIIe siècle, écrivait: "Le château de Santo Arcangelo est situé…. sur un joli et charmant petit col... qui touche les Apennins et permet de découvrir tous les alentours avec leurs villes, villas, châteaux, montagnes, campagnes, mers et fleuves".
Comment pourrait-on mieux décrire cet harmonieux petit pays, premier “balcon” de la vallée du Marecchia qui, à deux pas de la mer de Rimini, offre des promenades tranquilles et artistiques parmi les petites ruelles médiévales qui conduisent à sa forteresse?
Comme le documente la présence humaine jusqu’à la fin de la préhistoire, c’est un lieu où il a toujours dû faire bon vivre.
Des flèches et des grattoirs de la fin du Néolithique et des fonds de cabanes d’époque villanovienne ont en effet été retrouvés près du couvent des Capucins, au sud du col de Santarcangelo. Plus tard, les Romains annexèrent la zone lors de la division du territoire d’Ariminum (Rimini) en centuries. C’est de cette période que datent de nombreux éléments, tels que le complexe des quatre fours à terres cuites conservant encore divers objets (jarres et petites cruches remontant aux IIe- IIIe siècles apr. J.-C.).

A VOIR

La première chose à faire est d’abandonner la voiture au pied du centre historique et, partant de la zone centrale de la piazza Ganganelli, monter les splendides escaliers pittoresques de via Saffi et de via Andrea Costa, jusqu’à la Piazza Monache. On pourra y admirer le palais Cenci (1600), siège actuel du Musée d’archéologie, le palais du Mont de Piété (1400) et la façade du monastère S.S. Caterina et Barbara (1500), offrant une originale et splendide structure intérieure riche en stucs élégants et très décoratifs.
Cette même place permet d’accéder à l’une des belles grottes de tuf. Ces dernières, creusées dans le tuf et toutes reliées entre elles en profondeur, présentent un certain intérêt géologique; lors de la dernière guerre, elles étaient utilisées comme refuges. Elles sont aujourd’hui employées comme d’excellentes caves pour le vin.
La rue qui traverse le quartier de la Cella débouche sur l’entrée de la forteresse, l’une des nombreuses fortifications de la famille Malatesta disséminées le long de la vallée du Marecchia, remontant au XIIe siècle. Il semblerait que ce château ait été le cadre du drame de Paolo et Francesca, car Gianciotto Malatesta (le mari trahi) l’occupait en 1288.
La forteresse est une construction élégante et sobre qui se dresse dans une position très particulière. Elle est valorisée par une très belle tour (XIVe siècle) dont Clementini écrivait: "Carlo Malatesta... édifia une tour qui dépassait, de par sa hauteur et de par sa beauté, les plus célèbres d’Italie; elle était dotée de deux escaliers en colimaçon pour y monter et y descendre… et passait pour être la huitième merveille du monde ". Une fois sortis de la forteresse, il est très agréable de se promener dans le quartier médiéval dont les ruelles, bordées de maisons fleuries, de jardins suspendus et d’espaces verdoyants, offrent un magnifique panorama et la disponibilité d’excellents restaurants.
Méritent également une visite la collégiale et l’ancien marché au poisson, dont les constructions remontent au XVIIIe siècle.
Le «Sphéristère» (1700), lieu dans lequel s’affrontaient les équipes adverses du «jeu du bracelet» - jeu qui consistait à se renvoyer une balle en cuir très dure au moyen de bâtons en bois hérissés d’aiguillons - est encore utilisé de nos jours pour le jeu du «tambourin» ou du football. Notre visite s’achève à l’arc de triomphe, construit en 1777, reste d’un ambitieux projet architectural.
Ne pas quitter la localité sans avoir visité le laboratoire de Alfonso Giorgetti, forgeron (Via Verdi), intéressant document de la vie artisanale d’autrefois, ainsi que la Stamperia Marchi, qui conserve un grand mangle du XVIIe siècle avec les anciens moules en bois et les couleurs naturelles utilisés pour l’impression sur toile et la réalisation de splendides articles faits à la main.

MANIFETSATIONS

- La Foire de la Saint-Michel, ancienne foire consacrée aux oiseaux et à la nature qui a lieu à la fin du mois de septembre;
- La Foire de la Saint-Martin (ou «fiera di bec’» – foire des cornus), grande exposition de produits d’automne, équipements agricoles, artisanat varié, antiquités et spectacles de rue avec ménestrels, qui se déroule au début du mois de novembre;
- «Santarcangelo dei Teatri», la manifestation qui chaque année, au mois de juillet, apporte dans les coins les plus fascinants du centre historique les connaissances théâtrales de toute l'Europe.

INFORMATIONS:
Bureau IAT tél. 0541 624270 - fax 0541 622570
Office de Tourisme municipal 0541 356284