Novafeltria

Novafeltria

La commune de Novafeltria, dénommée Mercatino Marecchia jusqu’en 1941, fut constituée en 1907 par l’union de villages qui faisaient précédemment partie de la commune de Talamello. Le premier noyau d’habitations, comprenant l’église S. Pietro in Culto et l'oratoire S. Marina, remonte à l’année 950. Résidence des comtes Segni de Bologne, qui y édifièrent une somptueuse villa dans la première moitié du XVIIe siècle, siège actuel de l’hôtel de ville, Novafeltria devint avec le temps un centre agricole et commercial, théâtre de grosses foires, notamment au mois d’août. Aujourd’hui, Novafeltria s’affirme comme le centre de convergence de toutes les activités économiques de la vallée.

Le petit village de Perticara, ancien centre minier, est le siège d’un intéressant Musée historique des Mines. Cette structure, qui est l’un des musées européens les plus importants et les plus riches de ce genre, documente l’imposante activité d’extraction de soufre exercée au cours des siècles et réunit des témoignages archéologiques qui vont de l’âge du bronze aux civilisations ombrienne, étrusque et romaine; la montagne qui domine ce lieu (900 m d’altitude) est le siège d’une vaste pinède et d’une châtaigneraie centenaire.
Le territoire de la commune dispose d’excellentes structures pour le temps libre dont le théâtre récemment restauré, la bibliothèque en phase de restructuration et de développement, une discothèque, une piscine couverte, un gymnase, des courts de tennis, des terrains sportifs, une piste de motocross, une piste cyclable le long du fleuve Marecchia et un camping.

INFORMATIONS:
Association Pro Loco Perticara Via A. Oriani Perticara 0541927267
Association Pro Novafeltria C.so Mazzini 69 Novafeltria 0541928563 - e-mail:comune.novafeltria@provincia.ps.it

A VOIR

Musée historique des Mines de PERTICARA
A Perticara, l'homme a extrait le soufre pendant plus de 500 ans, pénétrant courageusement les longues veines de minéral et creusant des kilomètres et des kilomètres de galeries dans le rocher, atteignant 740 mètres de profondeur. Les historiens avancent que les Romains furent les premiers à extraire le soufre en cette zone. En 1917, la société Montecatini obtient le permis de recherche minière et découvre la veine de soufre principale dans le sous-sol de Perticara, mettant en œuvre la plus grosse industrie de la zone. 1600 hommes, employés par Montecatini, ont construit une immense ville souterraine: presque 100 kilomètres de galeries sur 9 niveaux d’exploitation. Le rythme de production de l’extraction minière a marqué la vie de milliers d’hommes et de femmes, qui, après la fatigue, le danger et l’incertitude connus sous terre, faisaient preuve, en surface, d’un caractère gai et joyeux. Les fanfares, l’accordéon, les théâtres, le cinématographe, la Société du Carnaval ont agrémenté les heures de repos d’une communauté de 5000 résidents, jusqu’à la fermeture dramatique des mines, décidée en 1964, consécutivement aux lois de marché défavorables. L’activité industrielle ayant cessé, la forte volonté d’en laisser un important témoignage se fit aussitôt sentir, aboutissant à la réalisation des collections réunies dans le Musée historique des Mines de Perticara. Inauguré en janvier 1970, après une première poussée émotive des plus compréhensible, le musée s’est développé sur des bases plus scientifiques, finissant par devenir un important repère national du secteur de l’archéologie industrielle. Le parcours proposé par le musée s’articule en une série de plusieurs sections qui introduisent et résument la section principale relative à l’extraction et au traitement du soufre. Le parcours en galerie, les équipements miniers, les instruments de travail quotidiens ainsi que le riche patrimoine de documents, dessins, photographies et films d’époque permettent de satisfaire les intérêts d’étude et d’approfondissement disciplinaire les plus variés. Il faut également souligner la précieuse collection de minéraux qui présente, avec celle des fossiles, une significative valeur didactique. Les édifices du Cantiere Sulfureo Certino, dont la restauration est désormais achevée, accueilleront le siège définitif du musée. Cet ensemble comprendra les nombreuses sections d’exposition relatives aux domaines archéologique, minéralogique, pétrographique, géologique, minier, cartographique, ciné-photographique et scientifique, ainsi qu’une médiathèque, des archives, des équipements divers et un centre d’études.

INFORMATIONS
Sièges du musée:
via Decio Raggi et Cantiere Solfureo Certino
tél et fax 0541 927576
horaire:9h-12h; 15h-18h (fermé le lundi et le vendredi)