Brisighella

Brisighella

L’HISTORIE

Des fouilles archéologiques effectuées dans la grotte de la Tanaccia, à proximité du village, ont permis de mettre au jour des restes humains qui remontent à l’âge de la pierre, prouvant les origines très anciennes de ce petit pays. Dans l’antiquité, il fit partie du "galligus ager" avant d’être soumis par les Romains.
Le pays, né comme forteresse pour la défense du territoire, fut fit construire vers la fin du XVe siècle par Maghinardo Pagano sur l’éperon rocheux qui abrite aujourd’hui la tour de l’horloge. Il garde de son passé une forteresse qui présente plus les caractéristiques d’un fortin du XVe - XVIe siècle que celles d’un château d’un riche seigneur féodal.
Selon une légende, cette forteresse aurait abrité un puits très profond muni de lames terribles qui lui auraient valu le nom de “puits-rasoir”. Selon cette même légende, c’est dans ce puits que finissaient alors les prisonniers ainsi que les nombreux jeunes gens du village qui y étaient jetés par Catherine Sforza après avoir été convoqués à la forteresse par celle-ci pour de folles nuits d’amour.

A VOIR

Les églises
Au centre du village, sur la piazza Carducci, se dresse la collégiale SS. Michele et Giovanni Battista. L’intérieur présente un plan en croix grecque surmonté d’une coupole qui s’élève au centre des quatre bras. L’autel gauche est dominé par un tableau précieux du XVe siècle, que certains attribuent à Mingarelli, représentant Notre-Dame des Grâces. L’autel adjacent abrite un retable représentant “La Dernière Cène” de l’école de Caravaggio. L’église dell'Osservanza (XVIe siècle), qui se dresse sur la via Baccarini, conserve à gauche, sous son porche, de précieuses céramiques et une “Piété” de Rosetti.

Le musée
Sur la piazza Marconi, l’édifice néoclassique de l’Hôtel de ville abrite, à l’intérieur de la Salle du Conseil, une belle cheminée du XVe siècle surmontée d’un écusson des Manfredi et d’une décoration en majolique composée d’une guirlande de fruits de style Della Robbia. Cet édifice abrite le Musée Civique de la Val Lamone, qui conserve, parmi les objets mis au jour dans la vallée, plusieurs témoignages néolithiques et romains.
La “via degli Asini”- La promenade le long de la “Route des Anes” est la partie la plus fascinante de ce pays. Il s’agit de l’ancienne route du village, réalisée au XVe dans une position surélevée par rapport à celle de la chaussée, cet aspect ayant permis d’en parler comme de la première voie surélevée de l’histoire. Elle se caractérise par des demi-arcs de grandeur variée. Chaque arc de la galerie était confié à la famille qui habitait la maison correspondante. Plus tard, la galerie perdit progressivement son rôle de défense pour adopter celui de voie de passage pour les caravanes d’ânes et de mules qui se rendaient des grésières aux fours, avant de gagner les marchés de Florence et de Faenza.

MANIFESTATIONS

Fêtes de pays, fêtes de la tradition et événements culturels.
Nombreuses sont les manifestations de tradition populaire qui s’y déroulent pendant l’année, proposant de savoureuses dégustations de spécialités locales. Il faut citer la Fête des fruits oubliés à Casola (octobre), ainsi que celles des Poires “volpina”, des Délices du porc, de sa Majesté la Truffe, à Brisighella (novembre), et de l’Echalotte de Romagne à Riolo Terme (juillet). D’autres fêtes sont également organisées en l’honneur du sanglier, de la polenta, de la sauge, de l’olivier, des produits ovins et de chèvre. L’été est riche en manifestations culturelles liées à l’histoire de ces lieux, notamment les célèbres Fêtes médiévales organisées à Brisighella fin juin/début juillet.